• Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

Archive pour juillet, 2010

Les articles des jeunes (9)

w100718rdl2045.jpgw100718rdl2063.jpg

Lundi 26 Juillet – 18h00
Big Bang

* * * * *

Sofiane 
L’éclairage magnifique, rien à dire. Le son pareil, bien ! Les personnages, j’ai pas trop aimé.

Saliou
Je n’ai pas aimé « Big Bang » parce qu’il était bizarre mais j’ai aimé le décor et la fumée. Par contre, je n’ai pas aimé les lumières, trop simples. J’ai aimé vite fait leurs costumes. Je n’ai rien compris à la pièce.

Yasmina 
Un spectacle où on peut faire sa propre histoire. Ce spectacle n’a pas d’histoire, c’est nous-mêmes qui nous la faisons dans notre tête. Pour moi, cette histoire parlait de la vie humaine depuis sa création jusqu’à la fin du monde, d’après ce que j’ai compris. Le décor était composé de rideaux blancs, il y avait une voiture retournée et le décor changeait au cours du temps. J’ai bien aimé les effets de lumières et aussi lorsqu’il y avait de la fumée.
Le décor est dur à comprendre les 10 premières minutes mais après avoir créé son histoire, le spectacle devient beaucoup plus intéressant.
Guillaume 
Charivari, c’est le mot qui définit « Big Bang ». c’est un mélange de plusieurs ères. On peut y voir des préhistoriques (préhistoire), des cosmonautes (futur) et une voiture (nos jours). La lumière était très agréable car elle changeait de couleur à longueur de temps et venait de toute part du plateau et de plus, elle reflétait bien sur la scène car je pense qu’ils ont un peu surdosé la quantité de fumée.

Amine
Le spectacle m’a endormi.

Dany
Nul ! Je ne suis pas satisfait du spectacle ! Pas de paroles, trop lent. Un bon jeu de lumières. L’histoire est incompréhensible. Juste ça se déroule à l’époque avec des outils des temps modernes.

Yanisse 
Je n’ai pas trop aimé car il n’y avait pas trop de lumière, pas de son. Les comédiens, le décor n’étaient pas trop mal.

Les articles des jeunes (8)

wbvisuel20journal20du20off20420jpg20version205.jpg

Lundi 26 Juillet – 15h00
Sages comme des images

* * * * *

Sofiane
L’éclairage était super, façon années 70.
Le décor était banal, simple. Il n’y avait pas de musique à part que l’homme chantait.
Sinon, je n’ai pas trop aimé cette pièce de théâtre.

Saliou
Dans le 1er spectacle, je n’ai pas aimé les lumières, le décor était trop simple. J’ai aimé les comédiens, ils étaient marrants ; leurs costumes étaient bien sauf celui du mec qui avait mis un tutu de danse classique.
Cette pièce parle des droits des femmes ; pour les hommes, les femmes étaient des bonnes.

Yasmina
Un spectacle qui se passe dans une classe d’école maternelle. Ce spectacle parlait des femmes au cours de l’histoire. Il y avait deux femmes et un comédien.
Le spectacle commence lorsqu’ils nous accueillent. Ils étaient habillés dans le style des années70. Ce spectacle se déroule en 4 parties ; chacun faisait des monologues dans les parties.
La scène était constituée d’un podium. Les éclairages étaient simples, lorsqu’ils débutaient leur monologue, il y avait une seule lumière qui les éclairait.
Je n’ai pas trop aimé le spectacle car il y avait un peu de choses de la vie intime dévoilée. Mais à part ça, le spectacle peut être intéressant.

Guillaume 
Ce spectacle parle des droits des femmes et du sexisme. Cette pièce était constituée de quatre histoires différentes.
La première parlait d’une femme en train de faire l’amour avec son homme et elle discute avec lui qui est occupé et elle croit qu’il l’écoute.
La seconde, c’était une femme battue et séquestrée qui commence à discuter avec une autre femme dans l’immeuble d’en face (le public).
La troisième racontait la semaine d’une femme ouvrière qui a un enfant et un époux souvent sur les nerfs.
La dernière, c’est un mythe grec qui parle d’une sorcière, Médée qui trahit toute sa famille pour une toison (Jason). Elle va lui rendre sa jeunesse et même qu’elle lui offre la jeunesse éternelle. Mais elle commença à vieillir et Jason lui, dans sa pleine jeunesse, décida d’avoir une femme plus jeune et Médée prise de colère, tua la fiancée de Jason, son père et même ses propres enfants.

Amine
J’ai aimé le spectacle. Le thème était la sexualité. Aussi la femme était très belle (la blonde). Le jeu de lumières était pas mal. La poursuite était bien utilisée. Le décor était construit comme un podium de défilé de mode. C’était les femmes depuis 1970 à 2010.
Dans les années 70, révolution des femmes, les Black Panthers… pour la liberté.

Dany
La scène était un podium de défilé de mode. Le spectacle était sur les femmes, les contraceptions, l’indépendance des femmes dans les années 70. Bon jeu de lumières avec la poursuite. La blonde s’adressait mentalement à son mari, le mec s’adressait à son mari mentalement aussi.

Yanisse 
Je n’ai pas aimé le premier théâtre car il n’y avait pas beaucoup d’ambiance. Mais question lumières et son, c’était cool. Les comédiens parlent avec les spectateurs, ça, c’était cool. Il y avait un podium.

Les articles des jeunes (7)

Dimanche 25 Juillet – 19h00
Comment ai-je pu tenir là-dedans ?

* * * * *

Saliou 

La pièce parlait d’une petite chèvre qui voulait sa liberté mais son maître ne voulait pas parce qu’il y avait un loup dehors qui la mangerait si elle sortait. Mais la chèvre sort et se fait manger.

Je n’ai pas aimé les lumières, j’ai aimé les décors. J’ai aimé un peu la pièce.

Il y avait 3 étapes de décor.

Le premier dans la maison, le deuxième dans la montagne et le troisième dans la forêt. La chèvre avait trois costumes : le premier, le costume d’une chèvre domestique, le deuxième costume de la chèvre se faisant jolie et le troisième costume est le costume de la mort.

Yasmina 

L’histoire se passe à la campagne, chez Monsieur Seguin. Monsieur Seguin possède une chèvre et la garde prisonnière dans sa maison. La chèvre voulait s’enfuir et elle a réussi. Durant sa fuite, elle est allée dans les champs ; après elle rencontre le loup. Le soir, elle s’est battue toute la nuit contre le loup mais elle meurt à la fin.

Dans ce conte, l’histoire est triste car la chèvre est prisonnière et à la fin, elle meurt, ce qui est triste !

Le décor était bien mis en scène avec différents tableaux.

En premier, chez monsieur Seguin ; en deuxième, dehors à la montagne et le troisième, dehors mais le soir.

Il y avait un plateau tournant pour nous montrer différentes scènes.

Monsieur Seguin était représenté par un gros monstre affreux qui était dos au public. La chèvre était habillée au début avec une robe blanche, des chaussettes hautes blanches mais après avoir retrouvé sa liberté, elle a enlevé ses habits de prisonnière. A la fin, elle a mis un T-shirt long, noir qui signifie la fin de sa vie.

Guillaume 

La chèvre de monsieur Seguin est un conte d’Alfonse Daudet et a été mis en scène par Jean Lambert Wild.

Une comédienne joue les mouvements et les impressions de la chèvre pendant qu’une voix off conte l’histoire.

Le décor était intéressant : une scène qui pouvait tourner sur elle-même et il y avait trois décors identiques avec des matières différentes.

C’est un conte qui est horrible car la chèvre est séquestrée par monsieur Seguin qui l’a enfermée dans une grange dont elle va s’échapper en passant par une fenêtre. Elle se retrouve dans la montagne et se retrouve libérée de son oppresseur. Sa liberté va prendre fin par l’arrivée du loup. Puis la chèvre se souvient alors de l’histoire de la vieille chèvre qui avait tenu et combattu jusqu’à l’aube.

Le chant du coq retentit pour la chèvre comme le gong d’un match fini.

Les articles des jeunes (6)

article115largeoleanna.jpg

Dimanche 25 juillet – Après midi
Rencontre avec la Compagnie l’eau qui dort pour le spectacle Oleanna
 

* * * * *

Questions de Guillaume
.
Où avez-vous commencé ?
.
Quand avez-vous commencé ?
.
Comment avez-vous décidé de commencer le théâtre et pourquoi ?
.
Avez-vous des rêves futurs pour vous et votre troupe ?

Questions de Yasmina
.
Comment vous êtes-vous inspirés pour jouer votre personnage ?
.
Comment est venue votre passion pour le théâtre ?
.
Avez-vous peur des réactions pour le public, ou même des critiques de la presse ?
.
Quel style de personnage aimez vous jouer : plutôt des personnages calmes, sérieux, sans histoire… ou des personnages dingues qui ont toujours des histoires ?
.
Avez-vous aimé jouer vos personnages (d’Oleanna) ?
.
Est-ce la première fois que vous venez à Avignon ?
.
A quel âge avez-vous commencé le théâtre ?

Questions de Saliou 
.
Quel est votre parcours en tant que comédien ?
.
Avez-vous rencontré des difficultés ?
.
Combien de pièces avez-vous joué ?
.
Avez-vous peur de la réaction du public ?
.
Quelles sont vos ambitions dans le théâtre ?

Questions de Yanisse
.
Avez-vous peur avant de rentrer sur scène ?
.
Votre métier, est ce dur ?
.
Comment incarnez vous un personnage ?
.
Etes vous heureux de jouer ?
.
Comment travaillez vous ?

Questions de Sofiane 
.
A quel age avez-vous commencé le théâtre ?
.
Comment vous etes vous inspirés ?
.
Pouquoi le théatre ?
.
Quel style aimez vous jouer ?

Question de Danny
.
Est-ce que c’est dur ?
.
Quel bac avez-vous eu ?
.
Avez-vous peur avant d’entrer sur scène ?
.
Etes vous heureux de jouer ?
.
Avez-vous peur de rater une blague ?

Les articles des jeunes (5)

Dimanche 25 juillet – 13h35
Oleanna

* * * * *

Saliou 
La pièce parlait d’un prof et de son élève. Elle ne se sentait pas bien parce qu’elle se sent bête et impuissante par rapport au prof. Le prof se sentait puissant par rapport à l’élève mais à la fin, c’est l’élève qui se sent puissante.

Je n’ai pas aimé les lumières et le décor. J’ai un peu aimé la pièce.

Le costume de la comédienne changeait. Plus elle changeait de vêtements, plus son pouvoir montait et le costume du comédien changeait aussi ; quand il avait sa veste il était rassuré mais quand il l’enlevait, il était désespéré.

Yasmina 
Un spectacle qui parle d’une étudiante qui accuse son professeur de l’avoir touchée, menacée, violée.
Le spectacle se passe tout au long dans le bureau du professeur. Ce spectacle est du théâtre parlé, il n’y a que du dialogue. Durant ce spectacle, il y a eu des changements de caractères. Au début, la femme était timide et réservée, pas sûre d’elle mais face au désintérêt du professeur (du point de vue des études), l’étudiante se rebelle et devient supérieur au professeur jusqu’à le trainer en justice et l’accuser de toute sorte de choses.
Le professeur au début était un professeur sûr de lui, il se sentait supérieur à l’étudiante, il ne s’intéressait pas son élève, ne l’écoutait pas. Il voulait monter que c’était lui l’homme puissant mais après que l’étudiante l’ait accusé de toute sorte de choses, petit à petit  le professeur n’était plus l’homme sûr de lui, il est devenu un homme qui a tout perdu : sa promotion, sa maison.
Le décor était simple mais bien ; un grand bureau marron pour montrer sa puissance, un porte-manteau et sur le sol un drap blanc.
Les costumes étaient bien. Le professeur était habillé en costume marron, l’étudiante était habillée en manteau et un jean.

Guillaume 
Ça m’a énervé parce que la fille était une garce, une perverse, une peste, une vicieuse, une sadique et surtout plein d’autres choses beaucoup plus méchantes.
Sinon la lumière était super avec un effet que j’ai adoré : c’est une sorte de lumière qui faisait l’effet de volet entr’ouvert.

Les articles des jeunes (4)

wb876051.jpg

Samedi 24 juillet – 17h45 
8760 heures

* * * * *

Guillaume 
C’est l’histoire d’un homme (Yvan M.) qui part en voyage à l’étranger et qui, rentrant, découvre que son ami est mort du SIDA. La lumière était très réactive, animée, impressionnante. La chanteuse avait une grande importance dans le spectacle. Les instruments étaient intéressants.

Amine 
J’ai aimé le deuxième spectacle, c’était rythmé en musique. J’aimais bien la dame qui chantait aussi. L’histoire était bien. Le décor était bien fait. Il y  avait plusieurs instruments et les lumières étaient bien faites.
C’est un mec qui perd un ami, il déprime et il trouve une meuf. Le mec il avait le SIDA. Il (Yvan M.) regardait des souvenirs et il les racontait. Il nous faisait regarder des photos d’un bouquin sur un voile sur des chaises.

Yanisse 
J’ai trouvé que celui là, car il y avait un peu de tout comme musique (de la batterie, du piano). Les lumières étaient cool, sauf que je me suis assoupi 5 minutes mais à part ça c’était cool. Je n’ai pas aimé qu’ils se changent devant nous.

Sofiane 
La lumière était bien surtout la lumière verte.  Le changement de vêtements, il y en avait beaucoup. La chanteuse était forte. L’histoire était bien mais dure à deviner. Les instruments étaient cool.

Danny 
C’est un homme qui part en voyage pour 8760 heures. Il passe par en Asie, Amérique, Europe pour chercher sa femme, mais elle est morte du SIDA. Il n’arrivait plus à dormir, pour ça, il veut recommencer ses histoires d’amour.

Saliou 
J’ai aimé la musique, leur style, leur manière de chanter, ils mettaient le rythme. J’ai aimé les lumières multicolores. Je n’ai pas aimé quand ils ont mis l’écran et montré les photos.
La batterie donnait le tempo. L’histoire parlait de ses vacances et de ce qui s’est passé ; les moments difficiles (il a perdu son ami, mort du sida).

Les articles des jeunes (3)

afflesgrandesgueules2010.jpg 

Samedi 24 Juillet – 13h45
Les grandes gueules chantent Les Exercices de Style 

* * * * *

Guillaume 
Le spectacle était un concert chanté par 4 chanteurs qui chantaient A capella. Mais pour combler cela, les chanteurs créaient des sons de basse et de batterie (on appelle cela beat box).
Ils ont joué plusieurs styles de musique comme du gospel, du blues, de l’opéra, du rock.
Les jeux de lumières n’étaient pas très accentués. Il n’y avait que des stroboscope, une seule lumière colorée et des variations d’une seule lumière ? mais c’était très beau.

Amine 
Je n’ai pas aimé les grandes gueules. Ils disaient n’importe quoi ! Je ne comprenais pas ce qu’ils disaient. Les costumes étaient naze, ce n’est pas mon style. Ils faisaient des bruits avec leur bouche, et il n’y avait pas d’instrument, et ça je n’ai pas aimé.
Le décor était plutôt bien. Le pied de micro était en pneu de voiture. Aussi, on a chanté avec eux. Le jeu de lumières était stylé. Comme style musical, jazz, contemporain, variété française et pop.

Yanisse 
J’ai pensé que le premier spectacle était plus bien d’un coté mais pas de l’autre. Leur habit n’était pas très bien car ils étaient tous habillés de la meme facon. Leurs musiques étaient toutes différentes, je n’ai pas trop aimé.

Danny 
Country, variété francaise, pop, rock. Le blues chante leur tragédie.

Saliou 
Je n’ai pas aimé leur style.
J’ai aimé la manière qu’ils chantent parce qu’ils changeaient de voix  et faisaient rire.
J’ai aimé quand les lumières s’allumaient et s’éteignaient, ca faisait disco.
Je n’ai pas aimé le décor parce qu’il était simple. Il avait le style opéra, je n’ai pas aimé.

Yasmina 
Dans ce spectacle, il y a eu différents styles de musique ; de la variété, du rock, contemporain, de la country music, de l’opéra…
Durant ce show, les chanteurs jouaient A Capella, mélangeant chant et gestes comiques.
Leur tenue était simple, ils étaient tous habillés en noir, le lieu était beau avec une architecture qui était impressionnante.
Le jeu de lumière était bien aussi.
La chose que je n’ai pas aimé, c’est la lumière qui avait une sorte de flash, car ca m’a fait mal aux yeux.

Dans les quatre chanteurs, j’ai aimé le chanteur qui avait les cheveux courts et la fille que j’ai aimé, c’est celle qui chantait le blues.
Les chanteurs ont joué avec leur pied de micro. Le spectacle parle d’une histoire qui se passe dans un bus.

Les impressions des jeunes (2)

leconcert.jpg

Jeudi 22 Juillet – 22h45
Le concert dont vous êtes l’auteur (Arthur Ribo)

* * * * *

Amine
J’ai préféré le slameur (par rapport au spectacle « Les Stazunis ») parce qu’il faisait des rimes en improvisation ! Patati Patata.
Le chanteur jouait avec les mots. Il était fort.
Il y avait de bons instrus. Il m’a fait vite rire, il avait de l’humour. Il était sympa.
Je n’aimerais pas en faire. Le slameur était en forme ! Le slameur était mal habillé de ouf. Le décor était pourri. Il était pieds nus. Il se faisait grave le mec.
Ses potes (musiciens) étaient calmes, muets ! Le lieu était mal fait, je n’aime pas la pierre. Digressions… La ville d’Avignon me plait… les petites rues, j’aime bien. J’aimerais bien y vivre. Qu’est-ce qui me plait ? La musique. Le rap. Les rimes, le chant. Les textes me plaisent parce qu’ils disent des trucs vrais. Ça me concerne, ils parlent de moi. J’écoute du rap français. En concert au Zénith j’ai vu « Rohff », ça m’a beaucoup plu.

Yasmina
J’ai aimé qu’il soit proche du public, on était plus avec lui, on était concentré à l’écouter. Il reprenait quand une personne du public faisait un truc, il trouvait toujours quoi répondre. Arthur Ribo était impressionnant : il trouvait direct une histoire. Celles qui m’ont beaucoup plus : la princesse et pourquoi les humains ne parlaient pas le chat. Le slam : il se servait des mots donnés par le public. Par exemple : avec le mot de reggae « Rastafari » il a fait un slam façon reggae ; il s’est servi du mot. Nous connaissons le slam par la télé, il a caricaturé le slameur que le public connaît en cliché. Je l’ai trouvé drôle, avec beaucoup d’humour, il fait du slam en humour, ça fait rire le public. Mais il sait aussi être sérieux, par exemple avec le slam sur le génocide arménien. Il a improvisé avec la caméra : il a raconté une histoire par la personne qu’il avait en face de lui et il a inventé une histoire sur toute la première rangée de spectateurs. Il s’inspirait des personnes. Il s’est aussi servi du mec qui n’avait plus de voix pour interpréter son slam sur le génocide, il l’a fait en s’égosillant et en perdant la voix Ce qui m’a marqué c’est la tenue de scène (pantalon +bretelles + pieds nus). Il voulait se faire remarquer, comme ça le public se concentre sur lui. Le batteur donnait le rythme. Les musiciens se regardaient entre eux pour improviser, ils se faisaient des signes : on s’arrête ou pas ?… Bon fond sonore de la chanteuse. La flute traversière : bien ! Tout le monde s’écoutait dans le groupe. Le lieu : décor stylé. La lumière : couleur chaude et ensuite ça revient sur lui en blanc ; on croit qu’il redevient sérieux mais en fait, non. Les jeux de lumières faisaient ressortir le décor.
J’ai aimé qu’il soit proche du public, on était plus avec lui, on était concentré à l’écouter.
Il reprenait quand une personne du public faisait un truc, il trouvait toujours quoi répondre.
Arthur Ribo était impressionnant : il trouvait direct une histoire. Celles qui m’ont beaucoup plus : la princesse et pourquoi les humains ne parlaient pas le chat.
Le slam : il se servait des mots donnés par le public. Par exemple : avec le mot de reggae « Rastafari » il a fait un slam façon reggae ; il s’est servi du mot.
Nous connaissons le slam par la télé, il a caricaturé le slameur que le public connaît en cliché.
Je l’ai trouvé drôle, avec beaucoup d’humour, il fait du slam en humour, ça fait rire le public. Mais il sait aussi être sérieux, par exemple avec le slam sur le génocide arménien.
Il a improvisé avec la caméra : il a raconté une histoire par la personne qu’il avait en face de lui et il a inventé une histoire sur toute la première rangée de spectateurs. Il s’inspirait des personnes. Il s’est aussi servi du mec qui n’avait plus de voix pour interpréter son slam sur le génocide, il l’a fait en s’égosillant et en perdant la voix
Ce qui m’a marqué c’est la tenue de scène (pantalon +bretelles + pieds nus). Il voulait se faire remarquer, comme ça le public se concentre sur lui.
Le batteur donnait le rythme. Les musiciens se regardaient entre eux pour improviser, ils se faisaient des signes : on s’arrête ou pas ?…
Bon fond sonore de la chanteuse. La flute traversière : bien !
Tout le monde s’écoutait dans le groupe.
Le lieu : décor stylé.
La lumière : couleur chaude et ensuite ça revient sur lui en blanc ; on croit qu’il redevient sérieux mais en fait, non.
Les jeux de lumières faisaient ressortir le décor. 

Danny
Il y avait des bons instrus. Le son, les paroles. J’ai trouvé qu’il y avait un bon son.
J’ai été impressionné par la prestation des mots.
J’ai trouvé sympa Arthur Ribo.
Le lieu était trop petit mais j’ai aimé qu’il soit près de nous. 

Yanisse
Le slam était bien parce au il y avait des rimes. Il a réussi a créer une histoire avec 25 cartons environ.
J ai aimé la batterie mais je n’ai pas aimé les lumières.
Le slameur était heureux, énergique,drôle … Il y avait un bon public. Il y avait 5 instruments : piano, flute traversière, batterie. Il y avait une percu en  forme de noix de coco et une autre comme un mini piano.

Sofiane 
Le slam est une improvisation. Ce qui m’a plu dans le Slam, c’est les rimes. Le batteur était impressionnant, il était fort.
La fille était mal habillée mais forte, Arthur Ribo ressemblait a un paysan.
Je n aimais pas la flute a cause du son que je trouve désagréable.
Si il y a un concert à Aubervilliers, je n’irai que si il y a des slameurs que je connais comme Grand corps malade.
Le décor ne m’a pas plu parce que pour moi ce n était pas un décor.
La musique m’a impressionné car c’était de l ‘improvisation.
La lumière m’a ébloui parce qu’elle s’adaptait à la puissance de la sonorité.
Des deux spectacles que j ai vu jeudi, je recommanderais le slam. 

Le trombinoscope des participants

L’atelier à Aubervilliers

maquis1.jpg

Un atelier de pratique théâtrale a été mis en place en 2008/2009 et a fidélisé une quinzaine de jeunes, filles et garçons d’Aubervilliers.

Persuadé que la pertinence d’un projet vaut par l’approfondissement d’une pratique, par son ancrage dans le temps, l’enthousiasme et l’assiduité qu’elle  suscite auprès des participants, le Collectif Maquis’Arts et Cie développe ses actions auprès de groupes resserrés de jeunes.

Le Collectif Maquis’Arts et Cie en partenariat avec l’Office Municipal de la Jeunesse d’Aubervilliers a souhaité pérenniser, pour ces jeunes gens, un véritable parcours d’accès à la culture qu’ils considèrent trop souvent comme « pas faite pour eux ».

L’action d’apprentissage du Théâtre doit être relayée par une démarche d’éveil culturel, de rencontres professionnelles. 

Pendant une semaine (du 21 au 28 juillet 2010), 8 jeunes albertivillariens seront au Festival d’Avignon lors duquel sera établi un bilan quantitatif et qualitatif lors de chaque sortie au théâtre ainsi que pour les rencontres avec les équipes artistiques et techniques.

Chacun tient rédigera un article faisant état de son parcours, de son ressenti, de ses sensations, de ses critiques…  Tous les articles débuteront par un extrait du questionnaire de Proust.

Enfin, un bilan personnel et individuel est prévu pour chacun des jeunes : ce qu’ils ont découvert, ce qu’ils en retirent, ce qui les a interpelés, émus, interrogés…

Ciel Pastel |
FestiVous Festival occitan |
joemasse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | hertzlocationdevoitures
| Ethopassion
| Ind-Onit/peinture